Menu principal

Accueil
Nous contacter

Agenda

 juin   Juillet 2017   août

DLMMJVS
   1
  2  3  4  5  6  7  8
  9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 
VLSI Technology

 

 

 
 
 
 
 
COMPRENDRE, RIEN QUE COMPRENDRE par THÉRÈZ LÉOTIN
18-07-2015
crash_jk.jpgIls.revenaient de vacances au Panama, et une vidéo qui circula un moment montrait combien ils paraissaient heureux de vivre. Ils ne savaient pas qu'ils savouraient là  leurs derniers instants de bonheur. L'avion de la West Caribbean air lines qui les ramenait,  en ce matin   du 16 août 2005 se chargeait, parce que vraiment épuisé, de détruire définitivement toutes leurs illusions en allant s'écraser à 3h10 du matin à Machinées, non loin de Maracaïbo au Vénézuéla.

 

Cela tout le monde le sait, car chaque Martiniquais y a perdu  qui un frère, un cousin, un père, une mère, un oncle, une tante, un mari, une épouse, un enfant, un petit enfant, une grand-mère, une arrière grand tante, un ami et même son docteur, et nous  sommes tous leurs orphelins.

Ce que l'on sait moins ou peut être encore  ce qu'il ne nous est pas donné de comprendre, même en y mettant toute notre bonne volonté, c'est le pourquoi du comment qui fait que dix ans après que nos compatriotes avaient fait confiance à cet avion poubelle qui, accompagné de ses  grincements, signalaient depuis fort longtemps sa grande fatigue, pourquoi cet oiseau de mauvais augure s'en allait-il  sillonnant le ciel français au vu et au su de tout le monde ? Pourquoi la même indifférence qui s'était installée autour de ce danger volant s'est-elle placée autour de ses victimes, mais aussi autour de leur famille ? Autour de l'enquête ? Pourquoi l'agence de voyage qui a vendu les séjours, l'organisateur le "broker" de Miami,  la société du Panama qui a surchargé l'avion et a remis un faux aux pilotes n'ont-ils pas été inquiétés ?  Pourquoi la DGAC ( Direction Générale de l'Aviation Civile) française qui a autorisé l'avion a atterrir semble elle indifférente ? Pourquoi la DGAC colombienne est-elle aussi  laxiste ? Pourquoi ?  Pourquoi la procédure pénale souffre-t-elle de manque de moyens ? Pourquoi 10 ans après, les victimes sont elles coupables de ne pas avoir été informées de la qualité de l'avion dans lequel elles s'embarquaient.

Pourquoi tant de pourquoi et pourquoi autant de questions restées sans réponses ? Et pourquoi 10 ans après l'AVCA  est-elle dans la posture du pot de terre ?

Ce que l'on sait moins ou encore ce que l'on ne comprend  pas du tout, c'est l'attitude méprisante des assurances en face des familles des victimes, qui après avoir subi la douleur de la catastrophe supportent maintenant celle de leur arrogance. Si certaines familles ont déjà été indemnisées, pour la grande majorité   restante, les assurances qui cherchent toujours à payer le moins possible, traînent du pied.

Ce qu'il ne nous est pas donné de comprendre mais que  nous chercherons tout de même à   comprendre, c'est l' attitude  désinvolte, un tant soit peu condescendante adoptée, récemment, par le juge en charge du dossier. Ayant estimé sa mission terminée il a transmis ses réquisitions à fin de non-lieu au Procureur de la République, ce dernier, en toute correction a jugé plus qu'indispensable  de mettre la charrue devant les bœufs, et donc d'en informer d'abord les médias avant d'en parler aux familles et leurs avocats. Il leur signifiera par la suite, son ordonnance de non-lieu par courrier en date du 30 juin 2015, à l'adresse de l'AVCA.

Nous comprenons cette fois, et nous comprenons bien, combien cela a dû être en effet très agréable pour les familles, d'apprendre par la presse interposée, qu'un non lieu avait été requis.

N'est-ce pas annihiler davantage les familles que de  les enfouir sous les murs de l'indifférence ? Aujourd’hui, les questions demeurent. Des demandes d'actes sont encore à piétiner devant la Chambre de l'Instruction, donc le non-lieu ressemble beaucoup à une échappatoire. Aucune des zones d'ombre signalées n'a été éclaircie. Les avocats des familles viennent de faire appel de cette décision de non-lieu. Que font les ministres de la Justice et celle des outre-Mer ? Nous n'insinuons rien,  elles sont occupées, trop occupées ..... à inaugurer des palais de Justice, ... dites-vous.

Trop occupées, nous ne voyons que cela. Nous, nous voulons comprendre. Tout le monde veut comprendre. De grâce nous ne cherchons la pitié de personne, nous ne la réclamons pas, mais seulement  nous espérons que justice sera faite. Ne nous les tuez pas deux fois, nos victimes. Elles ne  méritent pas un tel traitement.

Térèz Léotin, Présidente du Comité Justice Égalité

 
< Précédent   Suivant >
 
 
 
 
 

Dernière parution

 

Hommage à Césaire

 

Visiteurs: 16401394