Menu principal

Accueil
Nous contacter

Agenda

 juin   Juillet 2017   août

DLMMJVS
   1
  2  3  4  5  6  7  8
  9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 
Techies Resources Behavioral Synthesis

 

 

 
 
 
 
 
LOUIS BOUTRIN : "NOUS AVONS L'OBLIGATION MORALE D'ÉLEVER LE DÉBAT POLITIQUE"
06-09-2016

lb.dec2015.jpgSOURCE : Montray Kréyol.

  5 QUESTIONS - 5 RÉPONSES
 

1. MONTRAY KRÉYOL : Vous venez de publier un nouvel ouvrage, coécrit avec Raphaël CONFIANT, qui s'intitule "DECEMBRE 2015. UN TOURNANT HISTORIQUE POUR LA MARTINIQUE". En quoi cette date constitue-t-elle un tournant ? 

Louis BOUTRIN : Il appartiendra aux historiens de confirmer si le scrutin de Décembre 2015 constitue un véritable « tournant historique » pour la Martinique !  De mon point de vue, ces élections marquent une double évolution, à la fois institutionnelle et politique.

Sur le plan institutionnel, nous avions connu jusqu’alors deux changements majeurs. D’abord le vote de la loi d’assimilation du 19 mars 1946, où la Martinique passe du statut de Colonie française à celui de Département. Cette loi a été votée à l’Assemblée nationale sans que le peuple ait été consulté. Dans la foulée, en 1957, la Martinique est entrée de plein droit dans la Communauté Économique Européenne et ce, conformément à l’article 227 du Traité de Rome. Idem pour les lois de décentralisation de 1982-1983 qui feront de la Martinique une Région monodépartementale. Décembre 2015, c’est un tournant institutionnel différent. C’est la consécration tardive dans les urnes d’un changement statutaire voulu par les Martiniquais et consécutif à la consultation référendaire… qui remontait au 24 janvier 2010.

Sur le plan politique, Décembre 2015 est la rupture avec un antagonisme séculaire hérité de la vie politique française. Face au péril démocratique, à la discordance entre les promesses démagogiques et les vaines constatations, les électeurs n’ont pas hésité à mettre un terme aux faux-semblants des héritiers de CÉSAIRE. En optant pour une rupture avec le traditionnel clivage droite-gauche, ils ont réalisé un sursaut politique impensable jusqu’alors. Malgré les divergences idéologiques, la liste fusionnée du GRAN SANBLÉ et celle de BA PÉYI YA AN CHANS apparaissait comme la seule alternative démocratique possible. Ce changement historique est aussi la conséquence d’un vote sanction contre « le système LETCHIMY » et ses alliés socialistes.

2. MONTRAY KRÉYOL : Vous dressez le bilan de la mandature de S. LETCHIMY et donc du PPM/EPMN à l'ex-Conseil régional, en quoi ce bilan est-il si négatif que vous le dites et ne craignez-vous pas d'être accusé d'être à la fois juge et partie puisque vous étiez conseiller régional ?

Louis BOUTRIN : Dans cet ouvrage, R. CONFIANT et moi avons largement relaté le bilan de l’ère LETCHIMY. Je laisse donc aux lecteurs le soin de découvrir le bilan que nous dressons de la politique menée par l’héritier-rentier durant ces six dernières années.

D’aucuns ne manqueront pas de souligner mon mandat d’élu. L’avantage d’avoir vécu de l’intérieur les évènements, l’avant, le pendant et l’après campagne électorale constitue un enrichissement indéniable à l’approche factuelle de l’ouvrage. Jamais, les Martiniquais et les journalistes n’auraient connu les dessous de cette alliance inattendue sans une présence au cœur même des coulisses de l’histoire. Après, il faut savoir prendre le recul suffisant pour garder une analyse critique qui, quoi qu’il en soit, ne sera pas à 100 % objective.

Est-ce à dire pour autant que je suis « juge et partie » ? Notre ouvrage s’inscrit dans un genre « histoire immédiate » puisque nous relatons une page de l’histoire récente de la Martinique. Cependant, il n’en demeure pas moins un « livre politique » relatif à l’histoire politique du pays.  C’est vrai, habituellement, le livre politique est un livre-programme à l’instar de « L’audace d’espérer », véritable anthologie de la politique américaine où Barack OBAMA dresse sa vision de la société américaine et son programme politique. Dans le même genre, on trouve actuellement en librairie « La France pour la vie » le livre du candidat SARKOZY. D’autres ouvrages politiques mettent en exergue la dimension historique d’après-élection. « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu », où Philippe de Villiers, libéré de ses mandats électifs,  relate l’imposture dans la politique français, s’inscrit dans cette rubrique. A vous de voir où se situe « DÉCEMBRE 2015 » !

3. MONTRAY KRÉYOL : La personnalité d'AMJ a-t-elle été déterminante dans l'accord de gestion passé entre le GRAN SANBLE et BA PEYI-A AN CHANS ou cet accord résulte-t-il d'une sorte de volonté populaire inconsciente qui s'est matérialisée à travers AMJ ? 

Louis BOUTRIN : Je confirme ! La personnalité d’AMJ a été déterminante non seulement dans l’accord de gestion avec la Droite mais dès le premier tour, dans la stratégie et la préparation de la campagne et ce, avant même la constitution de la liste. Alfred MARIE-JEANNE n’est pas uniquement une figure emblématique de la politique telle que R. CONFIANT et moi l’avions décrit dans notre ouvrage « Alfred MARIE-JEANNE, une traversée verticale du siècle ». C’est aussi, à l’instar de Simon BOLIVAR, un stratège politique hors pair. C’est un leader politique qui a une vision stratégique à long terme tout en étant doué d’une capacité de réaction phénoménale, ce qui lui a permis de déjouer les innombrables coups de Jarnac qui ont jalonné sa vie politique. 

J’ai beaucoup appris à ses côtés. Je connaissais déjà sa grande lucidité politique et sa méfiance vis-à-vis du phénomène courtisan (…rires !). J’ai découvert aussi sa très grande loyauté, une vertu rare dans la classe politique martiniquaise. Loyauté vis-à-vis de ses engagements et de son peuple. Loyauté aussi vis-à-vis de Claude Lise qui avait été rejeté par sa constellation de maires. Il fallait entendre les commentaires désobligeants des ex-RDM qui vomissaient littéralement Claude Lise. Malgré cela, malgré l’affront des sénatoriales et du vote scélérat au Conseil général, malgré les pressions de son propre camp, malgré le « nœud gordien » de Sainte-Marie, AMJ n’a jamais varié d’un iota dans sa décision de maintenir Claude LISE sur la liste et celle de le porter à la présidence de l’Assemblée de Martinique.

 C’est en cela que MARIE-JEANNE est un grand serviteur de son peuple car ce qui l’a motivé avant tout c’était l’intérêt supérieur de la Martinique et des Martiniquais. Alors oui, pas étonnant qu’il soit rentré en résonnance avec ce peuple qui l’a littéralement plébiscité pour sanctionner l’équipe sortante.

4. MONTRAY KRÉYOL : Parmi les écueils qui se sont présentés sur la route d'AMJ au cours de la campagne électorale ayant précédé l'élection territoriale, il y a eu la fameuse affaire GREEN PARROT. Craignez-vous les conséquences politiques du procès à venir, en novembre prochain ? 

Louis BOUTRIN : Pour ceux qui ne connaissent pas la genèse de l’affaire, « Green Parrot » a débuté en 2009, à quelques semaines des Consultations référendaires des 10 & 24 janvier 2010 où les martiniquais étaient interrogés sur l’avenir statutaire du Pays. Ce mystérieux « Green Parrot » a lancé sur internet un texte diffamant mettant en cause Alfred MARIE-JEANNE, sa fille et son compagnon, dans le financement d’une école à la Dominique. Depuis cette date, le calendrier électoral du leader du MIM est ponctué de rendez-vous judiciaires qui vont empoisonner son existence. Mais, cette surprenante concomitance finira par se retourner contre les auteurs du perroquet vert puisqu’après une période de mystification menée par ses adversaires en 2010, AMJ finira par être adulé par les électeurs et ira de succès en succès. Malgré cet acharnement judiciaire, AMJ n’a jamais baissé les bras et, si vous aviez suivi la campagne électorale, tous les soirs, aux environs de 23h-Minuit, il terminait ses discours par un rappel de ce feuilleton politico-judiciaire. Une manière pour vous dire que l’homme demeure vertical et que justice devait lui être rendue depuis belle lurette.

    5. MONTRAY KRÉYOL : Vous avez été l'une des pièces maîtresses de la rédaction du projet du GRAN SANBLE, dans quels domaines celui-ci a-t-il commencé à être mis en œuvre et quels sont ceux qui sont encore à la traîne ?

Louis BOUTRIN : Nous sommes à peine à 9 mois de la mise en place de la CTM et pourtant, loin de l’agitation médiatique, beaucoup a été fait. Dans notre contrat de mandature, nous avons prévu une évaluation des politiques publiques tous les deux ans. Mais, rassurez-vous, nous n’attendrons pas ce délai pour communiquer et informer les martiniquais sur l’état d’avancement de nos travaux.

            Permettez-moi, tout de même, de rappeler qu’au cœur de notre engagement commun pour la Martinique et les Martiniquais, il y a un impératif démocratique garantissant les libertés fondamentales et l’espérance d’une Martinique plus respectueuse de l’environnement, plus prospère et plus solidaire. C’est donc de notre capacité à travailler ensemble, dans le respect de cette volonté exprimée démocratiquement le 13 décembre 2015 que dépendra notre capacité à faire avancer véritablement le pays. Et, pour atteindre un tel objectif, nous devons aller à l’essentiel en évitant de se noyer dans les détails ou les querelles d’égos. L’essentiel c’est, comme vous le dites, la mise en œuvre de notre projet. L’essentiel, c’est aussi la lutte contre le déclin démographique qui frappe particulièrement le NORD. La chute record du nombre d’enfants scolarisés, 77 263 à la rentrée de sept. 2016, est très révélatrice de l’ampleur du désastre. C’est par un changement radical de paradigme que nous rendrons le pays plus attractif pour les générations à venir. A cet effet, l’éducation et la formation demeurent nos priorités parmi les priorités. Si je prends l’actualité à témoin, vous constaterez que nous sommes loin de ces préoccupations : Une opposition mauvaise perdante qui, pour tenter de guérir son « gwo pwel » n’a de cesse, en vain, de trouver un soutien à Paris ou auprès des Tribunaux. C’est donc à nous GRAN SANBLÉ de donner l’exemple. Et, pour ce faire, nous avons l’obligation morale d’élever le débat politique et d’aider au développement de la conscience politique martiniquaise. La dernière partie de notre ouvrage « DÉCEMBRE 2015 » devrait y contribuer largement ! 
 
SOURCE : MONTRAY KRÉYOL 
 
< Précédent   Suivant >
 
 
 
 
 

Dernière parution

 

Hommage à Césaire

 

Visiteurs: 16401355