Menu principal

Accueil
Nous contacter

Agenda

 sept.   Octobre 2018   nov.

DLMMJVS
   1  2  3  4  5  6
  7  8  910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
VC Funding Technology

 

 

 
 
 
 
 
Scandale du CEREGMIA : "La partie civile ne s'oppose pas au retour de Kinvi Logossah" !!!
29-03-2018

ceregmia_portail.jpg

   Tout s'éclaire maintenant avec le texte de la décision de la Cour d'Appel de Fort-de-France concernant le trio du CEREGMIA ! Texte que la gouvernance de l'Université des Antilles s'est bien gardée de transmettre intégralement au Pôle Martinique et singulièrement à sa vice-présidente, Odile FRANCOIS-HAUGRIN.

   L'extrait de cette décision, dont on peut lire la page 8 ci-après, indique très clairement, dans ses dernières lignes, que la partie civile, c'est-à-dire l'Université, ne s'oppose pas a retour de Kinvi LOGOSSAH, directeur-adjoint de l'ex-CEREGMIA, dans un souci académique et pédagogique. On comprend mieux à présent pourquoi l'avocat de l'Université, Me SYLVESTRE, s'est empêtré dans ses déclarations au sortir de l'audience au micro de MARTINIQUE 1è et a parlé d'"apaisement". On comprend mieux pourquoi on l'a vu ce jour-là discuter très cordialement dans le hall du tribunal avec les trois mis en cause. On comprend mieux pourquoi la gouvernance de l'Université avait caché à la communauté universitaire avoir reçu un arrêté de prolongation de l'interdiction d'accès au campus de Schoelcher s'agissant trio du CEREGMIA, arrêté reçu à la mi-décembre 2015 et émanant de la juge d'instruction en charge du dossier. On comprend mieux pourquoi cette même gouvernance cherchait fébrilement des postes pour recaser le trio alors même que l'année universitaire est quasiment bouclée et qu'il n'y a aucune nécessité "pédagogique" que ni LOGOSSAH ni CELIMENE ni CARPIN reviennent devant les étudiants.

   Les intérêts de l'Université des Antilles, qui a déjà remboursé 6 millions d'euros à cause du CEREGMIA et en a provisionné 2 pour continuer à le faire, n'ont donc pas été défendus par le conseil de la partie civile c'est-à-dire par Me SYLVESTRE devant la Cour d'Appel de Fort-de-France.

   Tout au contraire, comme le montre le document accablant ci-après, cet avocat, qui ne parle évidemment pas en son nom, mais en celui de son client, à savoir l'Université des Antilles, a cherché à dérouler le tapis rouge pour le trio du CEREGMIA. Cela a un nom : la COMPLICITE OBJECTIVE. La gouvernance de l'Université, dans un dernier communiqué menaçant, feint de croire que l'Université ne concerne que les seuls universitaires. C'EST FAUX ! C'est comme si le CHU de Pointe-à-Pitre et les graves problèmes qui l'affectent en ce moment ne concernaient que le seul personnel hospitalier et les seuls malades.

   Campus de Schoelcher-CHU de Pointe-à-Pitre : MEME COMBAT !

   La situation du campus de Schoelcher concerne le peuple martiniquais en son entier exactement comme celle du CHU de Pointe-à-Pitre concerne le peuple guadeloupéen dans son entier. Les menaces contenues donc dans le dernier message à la communauté universitaire, signée du président de l'UA, sont en réalité adressées AU PEUPLE MARTINIQUAIS TOUT ENTIER.

   Que chacun prenne ses responsabilités désormais !

 

     EXRAIT DU JUGEMENT DE LA COUR D'APPEL DE FORT-DE-FRANCE :

exrait_du_jugement_de_la_cour_dappel_de_fort-de-france_.jpg

 
< Précédent   Suivant >
 
 
 
 
 

Dernière parution

 

Hommage à Césaire

 

Visiteurs: 20979242