Menu principal

Accueil
Nous contacter

Agenda

 avril   Mai 2018   juin

DLMMJVS
   1  2  3  4  5
  6  7  8  9101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 
Techies Resources Resources

 

 

 
 
 
 
 
CTM - BUDGET PRIMITIF 2018 - ALFRED MARIE-JEANNE : "UN BUDGET SENSE, REALISTE ET AMBITIEUX"
04-04-2018
amj.budget.2018.jpg

Monsieur le Président de l’Assemblée de Martinique,

Mesdames et Messieurs les Conseillers Territoriaux,

Mesdames et Messieurs les Conseillers Exécutifs,

Mesdames, Messieurs,


Lors du débat d’orientations budgétaires qui s’est tenu le 01 mars dernier, vous avez souhaité que le budget primitif 2018 de la Collectivité Territoriale de Martinique, dans un environnement juridique et budgétaire fortement contraint, privilégie en matière de dépenses, la protection des plus nécessiteux et bien sûr l’investissement.

 

Croyez-moi, la tâche est loin d’être aisée, car comme vous le savez la Collectivité Territoriale de Martinique cumule les déconvenues des départements et des régions de France, en sus des difficultés héritées et inhérentes à notre pays.

 

Notre capacité à emprunter est bordée, voire bloquée à la fois par la loi de programmation des finances publiques 2018-2022 et par le niveau de notre épargne.

Notre population diminue de façon inquiétante, entraînant inévitablement une baisse des recettes potentielles qui sont liées à cette donnée.

En même temps, nos besoins en matière de dépenses augmentent sans cesse, chaque année.

Nous sommes pris dans un étau qui ne dit pas son nom, mais dont les mâchoires sont difficiles à desserrer.

Pour autant, je ne suis pas homme à baisser les bras ; l’actualité récente vient de le rappeler.

 

Collègues, Mesdames et Messieurs

Le projet de budget primitif, que je soumets à votre examen est d’un montant de 1 143 862 624 €.

La répartition est la suivante :

  • 917 555 911 € pour un fonctionnement incompressible ;
  • 226 306 713 € pour l’investissement.

Dans ce contexte inextricable, j’ai pu, malgré tout, obtenir de l’Agence Française de Développement un prêt de 60 M€ pour financer l’investissement, tout en réduisant notre ratio d’endettement de 13 ans à 11 ans. C’est déjà deux ans de gagné !

Ce budget prend en compte 402,7 M€ au titre de l’aide sociale, dont près de 70% pour le RSA (revenu de solidarité active), l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) et la PCH (prestation de compensation du handicap) ; sans compter les nombreux transferts de charge non compensés.

Ce faisant, j’ai répondu aux urgences des différents secteurs du budget, en garantissant le bloc compact de nos dépenses obligatoires, sans oublier, autant que faire se peut, nos nouveaux besoins.

Mais au-delà de ces montants et de la pertinence des choix que nous serons amenés à faire, lors de l’exécution budgétaire 2018, se profilent de véritables défis que nous devrons relever.

Le premier défi, est celui de la recette.

 

Il ne faut plus se voiler la face. Le volume de nos recettes est structurellement insuffisant face à celui de nos dépenses. Comme je viens de vous le démontrer.

Devant une situation aussi dégradée, j’ai pris le parti, contrairement à ce qui est allègrement colporté, de geler les taux de notre fiscalité directe et indirecte, pour ne pas alourdir la charge qui pèse sur les ménages et les entreprises.

Toutefois, se pose fermement, et avec acuité la question du reste à notre charge de plus de 620 M€ en cumulé à ce jour, sur les Allocations Individuelles de Solidarité, et de l’absence totale d’accompagnement financier de l’Etat lors de la création de la Collectivité Territoriale de Martinique.

Cette exception prend l’allure d’une punition sans fondement, sauf celui de l’imaginaire infécond.

C’est vous dire que tous les efforts que nous pourrions entreprendre, en rognant et par-ci et par-là, ne nous permettront pas de sortir de cette impasse.

Il faut donc absolument, un ajustement par le haut des moyens et des ressources permettant à la Collectivité Territoriale de Martinique d’assumer efficacement les responsabilités qui lui sont dévolues de par la loi.

A cet égard, la Martinique n’est pas différente de la Guyane, de la Guadeloupe ou de la Réunion. Nous devons, comme elles, bénéficier de mesures exceptionnelles de soutien.

Dans le cas contraire, ce serait une discrimination injustifiée.

Le deuxième défi est celui de l’équilibre. Il consiste à améliorer de façon acceptable, les équilibres fondamentaux de nos finances publiques.

Les contraintes qu’impose l’Etat dans le cadre de l’application de la loi de programmation des finances publiques 2018-2022, en matière de plafonnement ou d’endettement, viennent corroborer la nécessité que nous avons proclamée, depuis notre arrivée à la tête de la CTM en 2016.

Il urge de retrouver une capacité d’épargne pour être en mesure de soutenir durablement nos actions au bénéfice de la Martinique.

J’ai toujours considéré qu’une bonne gestion des deniers publics n’est pas dans la thésaurisation, ni non plus dans la recherche systématique au Compte Administratif, d’un excédent budgétaire.

  • C’est le surendettement qui nuit ;
  • C’est le sur-engagement sans compensation qui détruit ;
  • C’est l’embauche pléthorique qui alourdit les charges de façon démesurée ;
  • C’est le choix d’outils informatiques non adaptés qui empêche une harmonisation plus rapide et performante, allant jusqu’à perturber et bloquer.

Drôle de conception !

Drôle de méthode !

Drôle de mentalité !

Drôle d’héritage !

J’ai honte pour ces donneurs de leçon.

Collègues, Mesdames et Messieurs,

Ne nous laissons plus abuser.

N’écoutons plus ceux qui croient que l’on peut, impunément et pour longtemps, dépenser plus que ce dont on dispose réellement.

Dans une entreprise, ces comportements irresponsables conduisent tout droit au règlement judiciaire, puis à la liquidation, laissant sur le carreau et dans le chaos, les travailleurs désemparés.

Dans une Collectivité, le résultat de la cavalerie budgétaire est profondément dommageable, avec l’abandon de projets porteurs et l’établissement d’une fiscalité insupportable.

Cette pratique n’a jamais été la mienne ! Car elle est sciemment démagogique, et à la limite, cynique et inique.

Et je l’annonce déjà : plombé par les dépenses non honorées des gestions précédentes, mais réglées sous ma mandature, le Compte Administratif 2017 est en déficit conséquent.

 

Le troisième défi coule de source. Il réside dans notre capacité et notre volonté, à repenser, à refonder nos comportements pour privilégier la pertinence des choix, des choix innovants, écartant les doublons inutiles et les opportunismes de mauvais aloi.

En ce sens, il faut davantage encore solliciter les fonds européens, les crédits du Contrat de Plan Etat- Région, et les modes de financements alternatifs.

En conclusion, ce Budget Primitif 2018 se veut être sensé, réaliste et ambitieux dans ses perspectives.

Il est une invite à aller à l’essentiel, afin que la Responsabilité Martiniquaise tant prônée, ne reste pas une vaine et démagogique incantation.

Mèsi An Pil

Mèsi An Chay.

 
< Précédent   Suivant >
 
 
 
 
 

Dernière parution

 

Hommage à Césaire

 

Visiteurs: 19073100