Menu principal

Accueil
Nous contacter

Agenda

 juin   Juillet 2018   août

DLMMJVS
  1  2  3  4  5  6  7
  8  91011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
Techies Resources Resources

 

 

 
 
 
 
 
YM CABIDOCHE - INRA :CHLORDECONE 1/5 SURFACE AGRICOLE UTILE POLLUEE EN GUADELOUPE, 1/3 EN MARTINIQUE
10-06-2018

cabidoche.ym1.jpg

Y-M. Cabidoche, directeur de recherche à l'INRA :

"1/5e de la surface agricole utile (SAU) de la Guadeloupe est polluée contre 1/3 en Martinique"  

 

Juin 2012 - Guadeloupe - Conférence-débat sur la chlordécone. La problématique de la pollution des sols par la chlordécone en Guadeloupe était au centre du débat, vendredi soir, à la médiathèque, où la Mission fédérative de la mutualité de Guadeloupe (MFMG) organisait, dans le cadre de sa mission de prévention et d'éducation à la santé, et en collaboration avec l'ensemble des mutuelles qu'elle rassemble, une conférence sur le sujet. Pour mieux informer et sensibiliser la population, les organisateurs ont fait appel à un spécialiste : Yves-Marie Cabidoche, directeur de recherches, à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) Antilles-Guyane. 


Pour rentrer dans le vif du sujet, l'intervenant a fait une présentation complète dela chlordécone et un bref historique de la crise de la pollution aux Antilles.Quant aux participants, ils ont voulu savoir davantage sur la question,notamment : les zones et la durée de pollution des sols, les cultures contaminées, l'impact sur la santé humaine, la contamination des eaux, lesmoyens de dépollution, la traçabilité des produits agricoles mis sur le marchéafin de lever le doute chez le consommateur... Chercheur dévoué et spécialistede la chlordécone, Yves-Marie Cabidoche a apporté des réponses claires aux nombreuses questions posées, faisant tout de même l'impasse sur celles ayant rapport à la santé, n'étant pas qualifié pour en parler.

 

Toutes ces interrogations ont montré à quel point cette pollution des parcelles sur lesquelles a été appliqué ce pesticide organochloré de 1971 à 1993, ainsi que la contamination des milieux et des cultures, restent des sujets de préoccupation légitime tout comme pour les produits phytosanitaires actuels, mais à un degré moindre.

 

Pas de réponses quant à l’impact du Chlordécone sur la santé

 

L'intervenant n'a pas manqué de présenter les difficultés auxquelles la recherche en agriculture et environnement est confrontée. Il a souligné aussi la satisfaction d'accompagner la mutation vers une agriculture locale propre que cette crise aura impulsée.

 

De l'avis des personnes présentes, la rencontre a été très enrichissante. L'objectif était d'apporter le maximum d'informations, à l'abri de toute émotion à caractère médiatique. Ce qui n'a rien enlevé de la gravité de la pollution qu'a su parfaitement décrire Yves-Marie Cabidoche. Et si le chercheur n'a pas donné les réponses souhaitées, s'agissant de l'impact de la chlordéconesur la santé humaine, c'est, a-t-il souligné, « parce qu'en matière decontamination chronique, on ne connaît pas encore les conséquences. Des recherches rétrospectives sont en cours et les résultats seront publiés. »

 

C'est ainsi que la Mission fédérative de la mutualité de Guadeloupe a promis, dans le cadre de ses projets de prévention, de revenir sur le sujet, au fur et à mesure que la science apportera des résultats. Une prochaine conférence - débat ayant pour thème « Imprégnation dusang par la chlordécone et certains troubles neurologiques... » , est prévue pour le mois d'avril.

 

«Il faudra attendre l'an 2600 »

 

Chercheur soucieux d'informer, mais aussi citoyen solidaire et responsable, Yves-Marie Cabidoche n'a pas caché le temps qu'il faudra pour une dépollution complète des sols, à tous ceux qui ont fait part de leur inquiétude, voire leur angoisse, notamment pour leurs enfants, petits et arrière-petits-enfants.

Selon le directeur de recherches de l'Inra, il faudra attendre l'an 2600 pour que les parcelles atteintes de chlordécone, en soient totalement débarrassées. « Nous en avons pour très longtemps et il faudra faire avec, car nous ne connaissons pas de moyen de dépollution. Dessolutions plus évidentes seraient le décapage qui permettrait de traiterquelques parcelles. Cependant, la valeur des sols n'est pas anéantie. La fertilitén'est pas affectée, la productivité des cultures reste élevée et l'activité globale intacte. »

 

 Les sols de Grande-Terre épargnés

 

Les résultats de 9 000 analyses de sol, réalisées entre 2003 et 2004 ont montré queles zones polluées se trouvent partout où il y a eu des bananeraies dans les années d'utilisation de képone et de curlone. On sait aussi aujourd'hui que 1/5e de la surface agricole utile (SAU) de la Guadeloupe est polluée contre 1/3 en Martinique.

 

Des chiffres qui ont permis à Yves-Marie Cabidoche de souligner que la population peut encore consommer des racines en quantité suffisante, puisque les agriculteurs disposent encore de terres non polluées pour en produire. Les cartes de risques de pollution, établies entre 2004 et 2006, permettent de direque la Grande-Terre a complètement échappé à la chlordécone. Les parcelles plantées en banane n'ont pas été touchées grâce à l'absence de charençon.

 

Selon le chercheur, ni la Dominique, niSainte-Lucie n'ont subi le même sort que la Guadeloupe et la Martinique, du fait qu'il n'y a pas d'autorisation officielle de mise en marché du produitdans ces deux îles.

Source : F.A. Guadeloupe 

 
< Précédent   Suivant >
 
 
 
 
 

Dernière parution

 

Hommage à Césaire

 

 

Visiteurs: 20054930