Menu principal

Accueil
Nous contacter

Agenda

 sept.   Octobre 2018   nov.

DLMMJVS
   1  2  3  4  5  6
  7  8  910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 
VC Funding Resources

 

 

 
 
 
 
 
PROCOLE LASIDJIN, LE DEUXIEME ROMAN DE PAUL GABOURG
02-03-2008
Image Exemple Il y a deux ans, Paul Gabourg, Martiniquais, nous donnait à lire un premier roman succulent, intitulé « Rasin Kas », malheureusement passé inaperçu. Aujourd’hui, il nous revient avec « Protocole lasidjin - Contrat majeur pour l’herbe-qui-mord », publié chez K Editions, jeune maison dynamique dont Jean-Marc Rosier est le directeur.

L’ouvrage est doublement préfacé par Raphaël Confiant et Eliane Bolnet. Voici le texte de présentation d’Eliane Bolnet.

Paul Gabourg, écrivain de l’espace créole, militant de la caribéanité.

Lire la suite...
 
Négritude, créolité, indianité, mondialisation
19-02-2008
Image Exemplepar Jean Bernabé, Professeur des universités

L’un des trois auteurs de l’ELOGE DE LA CREOLITE (1991), Jean Bernabé, linguiste et romancier, a rendu dernièrement hommage au Nègre Fondamental lors d’une conférence à l’Atrium.

Monsieur le Recteur,

Mesdames et Messieurs,

Chère jeunesse des Collèges et Lycées,

En la circonstance qui nous unit autour de l’anniversaire d'Aimé Césaire et de la célébration conjointe du cent-cinquantenaire de l'arrivée en terre martiniquaise des premiers engagés indiens, il m'est agréable de vous adresser quelques paroles, dont je voudrais qu'elles sèment et fécondent en vous les germes d'une nouvelle espérance, à contre-courant du pas dont semble aller notre planète.

Lire la suite...
 
Conter : une tradition aveugle ?
17-02-2008
par Diana Ramassamy 

Image Exemple

Longtemps marginalisés, grands oubliés des études menées par les ethnologues et les folkloristes, les conteurs ont jusqu’à une période récente souffert d’une image surannée. Absents des recueils et autres corpus de contes, les conteurs ont généralement fait figure de simples répéteurs dont seul le dire importait.  En Guadeloupe, il devient cependant de plus en plus difficile aujourd’hui d’occulter les conteurs.  Très présents sur la scène médiatique, les conteurs sont généralement sponsorisés par les médias et les instances politiques, qui utilisent de manière subversive le patrimoine culturel "populaire", à leur avantage, conscients du rôle et de l’impact des conteurs sur la communauté.

 

Lire la suite...
 
De l’héritage culturel congo, indien et chinois à la Martinique[1]
15-02-2008

Par Gerry L’Etang

Image ExempleL’étude comparée des permanences culturelles laissées à la Martinique par les groupes congo, indien et chinois arrivés dans la plantation post-esclavagiste, laisse apparaître d’évidentes disparités. L’explication de ces différences est à rechercher dans la durée de ces immigrations, leur rapport au pays originel, leur homogénéité/hétérogénéité ethnique, leur niveau de dépendance à l’égard de l’habitation, leur position respective vis-à-vis du pouvoir colonial et leur relation à la population noire créole majoritaire.

[1] Conférence donnée à la Maison franco-japonaise de Tokyo, le 21 avril 2003.

Lire la suite...
 
Kaz-a-chin à Schoelcher
12-02-2008

La Bibliothèque municipale de Schoelcher dans ses nouveaux locaux situés à l’espace Ozenat a choisi l’écrivain Raphaël Confiant pour ses rencontres « A LIVREOUVERT ».

L’auteur présentera son dernier roman parut aux Editions Mercurede France « CASE A CHINE ».

Raphaël Confiant poursuit sa longue quête de l’âme créole à travers toutes les composantes de la société martiniquaise. Cette fois il lève le voile sur une communauté discrète mais présente depuis longtemps sur notre sol, les chinois. Même si le palais créole, mêlé avec la prononciation de noms qui lui paraissent compliqués, a résolument décidé de les appeler tous tout simplement « Chin ». Tout chin ka sanm mé tout chin pa chin.

C’est peut être du chinois pour vous, mais c’est tout simplement l’âme créole que nous vous invitons à découvrir le vendredi 15 février 08 à 19h00 à la Bibliothèque municipale à l’espace Ozenat.

Fernand Fortuné et d’autres invités nous livreront leur réflexion sur ce magnifique roman qui nous permet une belle incursion dans  l’une des composantes incontournables de la société créole.

Vini kay chin, zot ké trouvé tousa zot bizwen.

Jid


 
Jeudi 10 janvier à 19 h 00
09-01-2008

Raphaël CONFIANT

à la Médiathèque du Lamentin

La Médiathèque et l’Office de la Culture du Lamentin

vous invitent à la présentation de l’ouvrage

de Raphaël CONFIANT

CASE à CHINE

Programme

  • Mot de bienvenue
  • Gerry LETANG – L’émigration chinoise en Martinique : approche anthropologique 
  • Manuella YUNG HING – « Case à Chine » : un regard
  • Jocelyn ABATUCCI – « Un engagement historique du romancier »
  • Catherine HO HIO HEN - « Case à Chine » : une lecture
  • Intervention de l’auteur
  • Débat et témoignages
  • Signature du roman et du dictionnaire créole martiniquais

     

 

 
Les Voeux du Préfet de Martinique
03-01-2008

Mes chers compatriotes,

Je m’adresse à vous en citoyen de la République autant qu’en représentant de l’Etat, en homme autant qu’en préfet.  Comme vous, j’ai connu de grandes joies et de grandes angoisses en 2007. Comme vous, j’ai de grands espoirs et de grandes ambitions pour l’année 2008

J’ai d'abord connu la grande joie de venir en Martinique,  d’être parmi vous et de devenir Martiniquais de cœur en mettant  le pied sur le sol de cette île. Dès mon arrivée, en août, j’ai pu ressentir un peu de cet esprit de fraternité et ce dynamisme qu’exprime si bien le Tour des yoles. J’ai ensuite découvert une région qui est aussi un cœur battant d’émotion et de chaleur. J’ai découvert un département dont les richesses sont à la fois innombrables et disponibles, pour qui sait les rechercher et provoquer les rencontres.

         Pourtant, les épreuves n’ont pas manqué en 2007. Pour y faire face, nous avons déployé ensemble toute notre énergie.

Le cyclone Dean, d'abord, nous a durement affecté. Dans l'adversité, l’Etat a été présent à vos côtés avec les colletivités locales prouvant encore s'il en était besoin combien la solidarité demeure nécessaire et évidente dans notre île.

       Nous avons aussi fait face aux conséquences du séisme du 29 novembre, le plus fort qui ait affecté l’île depuis des dizaines d’années. Le Plan séisme Antilles, lancé en janvier 2007, se révèle plus que jamais indispensable pour mieux nous préparer à ce type d’événements. D'ailleurs, l’une de ses premières actions en a été la semaine Replik, qui a précédé le séisme, et peut-être sauvé des vies en rappelant les réflexes élémentaires de sécurité que nous devons adopter.

Mais le Plan séisme, c'est aussi et d’abord un plan de renforcement ou de reconstruction des bâtiments les plus stratégiques en cas de séisme majeur : les écoles, les hôpitaux, les établissements de secours. Des financements de l’Etat, ainsi que les fonds structurels européens, seront mobilisés pour permettre de répondre à ce risque majeur. A plus court terme, le programme de reconstruction des écoles les plus endommagées est en cours de finalisation.

Le cyclone, le séisme, n’ont pas été les seuls à nous rappeler que les rapports entre l’homme et la nature ne sont pas toujours harmonieux. L’épidémie de dengue que nous avons connue a permis d' activer les plans de prévention que les services de l’Etat ont su gérer avec rigueur et vigilance. La santé, nous le savons tous, est notre bien le plus précieux et le plus précaire. Je pense ici, plus largement, à tous ceux qui sont malades,  à tous ceux qui ont craint pour la vie de leurs proches. Je vous redis à quel point je vous comprends, et combien il est important que la fraternité s’exprime à ces moments-là, par quelques gestes de réconfort, quelques mots d’amitié.

C’est justement parce que la santé est précieuse qu’il est terrible de la mettre en danger sur les routes. C’est pourquoi je serai inflexible en matière de sécurité routière. Le bilan de 2007  amorce une baisse du nombre de tués et de blessés, mais cela ne me suffit pas, un mort sur la route est toujours un mort de trop.  Les deux-roues surtout paient le plus lourd tribut. Je rappelle que le port du casque n’est pas une option : c'est une obligation. Et cette obligation est destinée à sauver des vies.  Je continuerai donc à mettre en œuvre dans ce domaine une politique féroce et transparente. 

Je veux aussi une île où chacun se sente libre de circuler et d’évoluer en grande sécurité. La délinquance générale a baissé en 2007 de 3.47 %. et la délinquance de voie publique a diminué de 16 %. Les événements de Saint-Joseph ou les drames comme ceux que nous avons connus récemment à Montgéralde ne doivent pas nous faire oublier ces bons chiffres que je veux encore faire baisser, notamment pour es atteintes aux personnes

La Martinique a des défis à relever. Mais la Martinique a aussi des atouts à défendre dans la mondialisation.

Pour cela, l’Europe est prête à l’aider : c’est plus de 600 millions d’euros de crédits communautaires que l’Union européenne va mobiliser sur la période 2007-2013, notamment pour le développement des infrastructures de transport et touristiques, ainsi que pour la recherche et le soutien aux entreprises innovantes.

Par ailleurs, l’Etat a co-signé en avril 2007 avec le département et la région un contrat de projet qui permettra d’engager plus de 780 millions d’euros de crédits publics et privés sur la même période. Ces fonds serviront par exemple à soutenir la création d’un musée martiniquais d’art moderne, à favoriser le désenclavement numérique de l’île ou à rénover les structures d’accueil pour les personnes âgées.

Autre preuve du dynamisme de l’île et du volontarisme de l’Etat : le lancement dès 2008 d'une zone franche globale d’activités. Après plusieurs réunions avec les collectivités locales et les forces vives de l’île, 3 secteurs sont apparus prioritaires :  le tourisme, car il nous faut remonter la pente et valoriser notre formidable patrimoine, les activités de service, aux entreprises ou aux personnes et enfin les éco-activités (traitement des déchets ou des eaux usées, économies d’énergie). Le Grenelle de l’environnement, qui s’est tenu en octobre,  engage une nouvelle dynamique : nous avons tous compris que l’avenir de la nature est aussi l’avenir de l’homme, sur une planète qu’il doit préserver pour les générations futures

Le Grenelle de l’environnement a mis en lumière la volonté du gouvernement de mener une démarche partenariale. Cette volonté, transversale à toute l’action de l’Etat, s’exprime encore sous d’autres formes. J’ai ainsi créé un Forum pesticides, qui  répondra aux attentes des associations oeuvrant pour la protection de l’environnement. La première réunion de ce Forum en décembre a été fructueuse, permettant aux différents membres de la société civile de dialoguer avec les scientifiques et avec les experts représentants des services de l’Etat.

Je veux enfin souligner le fait qu’avec une croissance de plus de 4 %, soit deux fois supérieure à la métropole, la Martinique confirme la bonne tenue de sa situation économique. Cela se traduit par une décrue du chômage global et par un nombre élevé de créations d’entreprise. Le chômage reste cependant trop important et la mise en œuvre du plan de cohésion sociale par le service public de l’emploi demeure une priorité de mon action.

Je sais aussi que le pouvoir d’achat est une autre préoccupation majeure de tous nos concitoyens. C’est pourquoi je viens d’installer un Observatoire des prix et des revenus, dont la mission sera de mener des études approfondies sur l’évolution des prix et la composition des revenus des Martiniquais.

C’est donc sur tous les fronts que nous devons travailler ensemble pour avancer plus vite. Quelques maîtres mots sont à retenir : culture du risque, transparence, humanité. Je serai présent sur le terrain, à vos côtés, parce que l’Etat est là pour soutenir les initiatives qui aident à mieux vivre ensemble. Il est là pour donner l’envie d’entreprendre. Il est là pour gérer les crises, pour accompagner dans les moments difficiles, pour encourager ceux qui rêvent  et surtout ceux qui font. En 2008, nous agirons. En 2008,  nous ferons.

Mes chers compatriotes, belle et heureuse année à vous tous, dans l’action et dans la création, dans l’entente et dans la confiance 

          Mwen ka souhaité zot an bon lanné.

 

 
Visite du 1er Ministre en Martinique
03-01-2008

Visite du Premier Ministre François FILLON 

en Martinique

 

4 et 5 janvier 2008

 

Vendredi 4 janvier 2008 :

 

21 h 15            Atterrissage à l’aéroport du Lamentin

(2h15)             Rencontre informelle avec la presse

 

Samedi 5 Janvier 2008 :

 

08 h 20            Départ pour le monument aux morts de la plaine de la Savane à Fort de         

                        France

08 h 50            Honneurs militaires et dépôt de gerbe au monument aux morts de la plaine de la

                        Savane à Fort de France

 

09 h 05            Départ pour l’ancienne mairie

 

09 h 10            Accueil à la mairie par Yvon PACQUIT adjoint au maire de Fort-de-France

09 h 15            Rencontre avec Aimé CESAIRE (pool)

 

09 h 30            Entretien avec Serge LETCHIMY, Député- maire de Fort-de-France (pool) à l'hôtel de ville

10 h 00            Palais des congrès  « Madiana »

(15h00)           Accueil par Alfred ALMONT, Député-maire de SCHOELCHER

 10 h 10            Rencontre avec Alfred MARIE-JEANNE, Député, Président du conseil  régional et Claude LISE, Sénateur, Président du conseil général et les parlementaires

10 h 30            Intervention du Premier Ministre devant  les élus ( salle 6)

11 h 00            Rencontre avec les élus  (salle 9)

 

11 h 30            Départ en bus pour le Morne Rouge

12 h 20            Arrivée au Morne Rouge - vue panoramique du site dans le centre du bourg de (17                Morne Rouge

12 h 40            Point informel avec la presse

13h00              Déjeuner à « l’Auberge de la Montagne pelée » sur le thème de la prévention et                                  de la gestion des risques      

14 h 30            Départ pour Fort-de-France

 

15 h 30            Visite de l’opération de réhabilitation de l’habitat insalubre de « TRENEL » à                          Fort-de-France

Accueil par Serge LETCHIMY, Député-maire de Fort-de-France et par Madame  BELLEFONT, conseiller municipal

- Présentation de l’opération de réhabilitation et visite du site à pied

16 h 15            Départ pour l’hôtel La Batelière 

                        Salle de presse

 

19 h 00            Participation du Premier ministre en direct au JT de RFO Télé Martinique

20 h 00            Décollage du Premier ministre pour Paris

 
...
02-01-2008
Bonne année 2008
 
Condamnation au travaux forcés au Tchad
27-12-2007

Tentative d'enlèvement d'enfants au TCHAD

Les français de l'Arche de Zoé écopent de

8 ans de travaux forcés au TCHAD

et de 6,3 millions d'euros de dommages et intérêts

 

Les six Français de L'Arche de Zoé ont tous été condamnés mercredi à la même peine, huit ans de travaux forcés, par la Cour criminelle de N'Djamena qui les a jugés coupables d'avoir tenté d'enlever 103 enfants au Tchad afin de les emmener en France il y a deux mois. Evénement
Le président de l'association Eric Breteau, son assistante Emilie Lelouch, les logisticiens Alain Péligat et Dominique Aubry, le médecin Philippe Van Winkelberg et l'infirmière Nadia Merimi ont été reconnus coupables de "tentative d'enlèvement de 103 enfants tendant à compromettre leur état civil" et "grivèlerie".
Mahamat Dagot, un chef de quartier de Tiné, ville frontalière du Soudan, et Souleïmane Ibrahim Adam, un Soudanais qui a servi d'intermédiaire dans la région d'Adré, autre localité de l'extrême est du Tchad, ont été jugés coupables de "complicité de tentative d'enlèvement d'enfants" et, bénéficiant de "larges circonstances atténuantes", ont écopé de quatre ans de prison ferme.
Enfin, le maire et le secrétaire général de la mairie de Tiné, Sinine Amadou Nassour et Ahmat Harane Gnoye, ont été acquittés après avoir été mis hors de cause à la barre par Eric Breteau.
Eric Breteau, tout comme Souleïmane Ibrahim Adam, ont également été jugés coupables de "faux et usage de faux en écritures publiques".
Les huit coupables ont été condamnés à verser "solidairement" aux familles des 103 enfants un total de 4,12 milliards de francs CFA (6,3 millions d'euros) de dommages et intérêts.
A l'énoncé du verdict par le président de la Cour Ngarhondo Djidé, après trois heures d'attente dans une salle d'audience bondée et à la lumière de néons, les Français ont paru sonnés. L'infirmière Nadia Merimi a fondu en larmes dans les bras de son avocat français, Me Mario Stasi.
Les condamnés sont repartis en fourgon cellulaire vers la maison d'arrêt. Main dans la main, Eric Breteau et Emilie Lelouch portaient à nouveau le pantalon de sapeur-pompier et le gilet bleu estampillé Children Rescue, nom de leur opération au Tchad, qu'ils avaient abandonnés le temps du procès.
Les Français avaient été arrêtés le 25 octobre à Abéché, principale ville de l'est tchadien, alors qu'ils s'apprêtaient à embarquer 103 enfants à bord d'un Boeing-757 afin de les emmener en France, où les attendaient des familles d'accueil. L'opération avait été condamnée par Paris et N'Djamena.
Dans la matinée, la défense des dix accusés avait plaidé l'acquittement, tandis que le procureur général Beassoum Ben Ngassoro requérait entre sept et onze ans de travaux forcés pour chacun des six Français, des peines plus légères pour les deux intermédiaires et l'acquittement des deux responsables de la mairie de Tiné.

Intervenant en dernier, Eric Breteau, qui avait pris en main sa défense dès vendredi à l'ouverture du procès, a pour la première fois esquissé de timides regrets.
"Nous avons toujours recherché des orphelins du Darfour", région soudanaise voisine en guerre civile, a-t-il réaffirmé.
Si les 103 enfants "sont Soudanais (...), nous les avons privés d'un avenir meilleur", a-t-il dit. "S'ils sont Tchadiens et qu'on nous a menti, si nous les avons séparés de leurs familles, nous sommes navrés, sincèrement désolés, car nous n'avons jamais voulu les séparer des familles".
"Je suis scandalisé par l'uniformité de la peine" contre les six Français, a déclaré à l'AFP leur avocat tchadien, Jean-Bernard Padaré.
Sa consoeur française Céline Lorenzon a annoncé qu'elle allait "faire revoir la peine en France, puisque les travaux forcés n'existent pas".
"La même peine pour tous, cela signifie que les peines étaient fixées d'avance", a-t-elle ajouté, "en colère et écoeurée".
Le ministère français des Affaires étrangères a fait savoir que Paris demanderait "aux autorités tchadiennes le transfèrement en France des condamnés" pour qu'ils y purgent leur peine, conformément à une convention de coopération judiciaire de 1976. De source diplomatique à N'Djamena, on affirme que ce rapatriement pourrait intervenir "très rapidement"

 

 
<< Début < Précédente 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 Suivante > Fin >>

Résultats 4181 - 4190 sur 4207
 
 
 
 
 

Dernière parution

 

Hommage à Césaire

 

 

Visiteurs: 20773115