Menu principal

Accueil
Nous contacter

Agenda

 mai   Juin 2019   juil.

DLMMJVS
   1
  2  3  4  5  6  7  8
  9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 
Blog Behavioral Synthesis

 

 

 
 
 
 
 
Chlordéconce : Raphaël CONFIANT répond à Patrick LOZES
19-10-2007

« NON, MAIS IL SE PREND POUR QUI CE LOZES ? »

                                                       par Raphaël Confiant

    Dans l’édition du quotidien « France-Antilles » en date du vendredi 19 octobre, je découvre, non sans stupéfaction, une interview du sieur Lozès, président autoproclamé  « des Noirs de France » (sic) dans laquelle on peut lire ceci :

    « J’appelle tout le monde, y compris M. Confiant, à faire de la Martinique un territoire écologiquement propre. »

    De quel droit ce monsieur se permet-il de lancer cet appel aux Martiniquais et à moi en particulier ? A-t-il jamais vécu dans notre pays ? A-t-il jamais une seule fois, au cours des dix ou vingt dernières années, jamais pris position sur un seul problème concernant la Martinique ou les Antilles ?

    Je n’ai ni conseil ni leçon à recevoir, pas plus en matière d’écologie que dans d’autres domaines, d’individus qui utilisent la couleur de leur peau pour obtenir des positions de pouvoir dans l’appareil sarkozien, et cela quand bien même, comme c’est présentement le cas, ils n’ont aucune qualification pour occuper lesdites positions. Que M. Lozès joue la carte du « noirisme » en France, c’est son problème ! Qu’il accepte une « mission sur les minorités visibles » qui y vivent, c’est son droit le plus absolu ! Mais il n’a pas à s’occuper des problèmes de la Martinique qui sont du ressort des seuls Martiniquais, de ses travailleurs, de ses hommes politiques, de ses intellectuels ou de ses militants associatifs.

    Pendant 30 ans, les différents gouvernements de Droite, de Gauche et de cohabitation ont sciemment caché au peuple martiniquais que nos sols, nos rivières, nos nappes phréatiques  et nos rivages étaient massivement contaminés par l’usage délirant de tout un cocktail de pesticides (plus de 100 !) utilisés dans les bananeraies. Alors même que les propres services déconcentrés de l’Etat en Martinique conduisaient des enquêtes scientifiques aux termes desquelles ils aboutissaient  toujours aux mêmes conclusions, à savoir que nous subissions un empoisonnement massif, un vaste silence, un silence organisé, s’est installé autour de cette question. Silence dont notre peuple paie aujourd’hui dramatiquement les conséquences : explosion du taux de cancers, développement inquiétant des maladies d’Alzheimer et de Parkinson, infertilité féminine et masculine croissante, malformations congénitales etc…

    Pour avoir milité depuis près de vingt-cinq ans sur le terrain, aux côtés de Pierre Davidas, de l’ASSAUPASSU devenue l’ASSAUPAMAR, puis aujourd’hui de l’association « Ecologie urbaine », dirigée par Louis Boutrin, j’ai été de tous les combats écologiques de ce pays. A l’époque, les beaux esprits et autres « gran-grek » locaux se riaient de nous et traitaient Davidas d’affabulateur ou de dérangé mental.  Au cours des deux dernières années, L. Boutrin et moi-même, nous nous sommes décidés à briser l’omertà autour du scandale du chlordécone. Car tous les responsables savaient que les associations écologistes avaient raison, mais ils maintenaient une véritable chape de plomb sur l’information avec la complicité, hélas, des principaux médias martiniquais.  Pendant deux ans, nous avons traduit différents articles scientifiques publiés aux Etats-Unis suite à l’explosion de la seule usine qui fabriquait le chlordécone, en Virginie, ainsi que les publications de l’ « American Cancer Institute », le plus grand centre de cancérologie mondiale. Nous les avons ensuite confrontés aux études menées par les services de l’Etat français en Martiniquais. Tous aboutissaient à la même conclusion irréfutable : le chlordécone n’est rien d’autre qu’un poison. Ce qui poussa les Etats-Unis à interdire ce pesticide dès 1979 alors que la France n’a pris la même décision qu’en…1993.

    Cette décision tardive, presque contrainte et forcée face à la levée de boucliers des écologistes, n’est rien d’autre qu’un crime contre l’humanité qui participe du processus génocidaire enclenché dans notre pays depuis trois décennies par les différents gouvernements français. C’est ce crime que Louis Boutrin et moi avons dénoncé dans notre ouvrage, « Chronique d’un empoisonnement annoncé », paru chez L’Harmattan en février 2007. En mars 2007, grâce à Alfred Marie-Jeanne, président du Conseil Régional de la Martinique, nous obtenions une salle à l’Assemblée Nationale française, où, avec l’aide de Patrick Karam et du Collectif-Dom, nous avons organisé une conférence de presse, conférence à laquelle prirent par le député « Vert » Alain Lipietz et l’ex-ministre de l’Ecologie, Corinne Lepage. Bien que présente, la presse française n’en a pipé mot ni dans ses journaux ni dans ses radios ni dans ses télés. Et il a fallu attendre 8 mois pour que l’affaire éclate ! Quand, en septembre dernier, le cancérologue Dominique Belpomme, tapa du poing sur la table.

    Pendant ces 8 mois, nous n’avons jamais entendu parler ni du sieur Lozès ni de son CRAN. Jamais ! A l’époque, ce monsieur n’invitait pas encore les Martiniquais à « faire de la Martinique un territoire écologiquement propre ». Farceur, va ! Opportuniste ! Mieux : à peu près à la même période, le vice-président du CRAN (non mais ils sont tous président ou vice-président de quelque chose, ces gens-là !), le dénommé Georges Tin, d’origine martiniquaise et par ailleurs président des « homosexuels de France » (sic), participa à une émission de « France-Culture » qui se voulut un véritable lynchage médiatique de ma personne au motif que je serais antisémite. Ces imprécateurs ne savaient même pas que bien que payant la redevance comme tous les citoyens français, les Martiniquais ne sont pas jugés dignes de recevoir cette chaine culturelle (seul « Télé-foot » leur convient apparemment) et n’ont donc rien su de cette « vakabonnajri ». C’est dire comme ces messieurs du CRAN connaissent bien notre pays !

    Nous n’avons que faire de M. Lozès et de sa pseudo-mission. Nous n’avons que faire de ses conseils ou de ses invites à transformer notre pays en ceci ou cela. Et personnellement en tant que Créole, et donc descendant d’esclave, je n’ai aucune leçon à recevoir ni de descendant d’Africain ni de descendant de Hongrois. Je suis un survivant. Nous, Martiniquais, sommes des survivants et nous n’avons plus rien à perdre. Sauf le pays et la culture que nos ancêtres ont douloureusement bâtis pendant trois siècles sous le joug et les fers. Ceux dont les pères n’ont jamais été esclaves, ceux dont les pères furent, dans certains cas, soit des esclavagistes soit des complices passifs ou actifs de l’esclavagisme, n’ont rigoureusement aucun droit de chercher à gouverner nos existences. Nous, Martiniquais, sommes les seuls à être habilités à dire ce qui est bon ou n’est pas bon pour nous.

    Car moi aussi, si j’étais méchant (et je le suis ! Ce qui fait que je n’en ai strictement rien à cirer des attaques de tous bords), je pourrais donner un conseil à ce monsieur Lozès d’origine béninoise. Je pourrais lui dire par exemple :

    « Je vous invite à faire du Bénin, l’un des pays les plus pauvres du monde, un territoire économiquement développé. »  

    Mais il est vrai que pour un « Banania », il vaut mieux être confortablement installé en France, lécher les bottes des colonialistes afin d’obtenir des strapontins, au lieu de se coltiner la difficile tâche d’apporter ses compétences et son savoir-faire à ses compatriotes africains pour tenter de bâtir cette Afrique fière et digne que les Nyobé, Amilcar Cabral, Sankara et Nyéréré appelaient de leur voeux.

   La seule Afrique dont moi, en tant que lointain descendant d’Africain, je pourrais être fier. Tout comme un Indien martiniquais d’aujourd’hui est fier de l’Inde ou un Chinois martiniquais est fier de la Chine.

Raphaël CONFIANT

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Chlordécone : NON monsieur BORLOO !
18-10-2007

Chlordécone : NON monsieur BORLOO !

par Louis BOUTRIN et Raphaël CONFIANT

Lettre ouverte au Ministre de l’Ecologie

 suite au « Grenelle de l’Environnement » et à la nomination de Patrick Lozes, Président du CRAN, à la tête d’une mission Chlordécone en Martinique.

            La Martinique et la Guadeloupe, stupéfaites, viennent d’apprendre la nomination d’un homme installé en France depuis de très longues années à la tête d’une mission sur la question de l’empoisonnement de nos pays par les pesticides, notamment le Chlordécone. Cette personne n’entretient, ni de près ni de loin, le moindre lien avec le mouvement écologiste antillais, ne vit pas sur place et ne connaît pas les problèmes concrets auxquels nous sommes confrontés. On nous dit qu’elle « auditionnera » les associations et les organisations agricoles afin de rédiger un rapport au ministre de l’écologie. Nous affirmons d’ores et déjà que nous refusons de rencontrer quelqu’un qui n’a rigoureusement aucune expérience voire aucune compétence pour traiter du problème concerné.

  Nous en profitons pour nous élever contre cette méthode de gouverner qui consiste à distribuer des prébendes à des lobbies sous forme de nominations à la tête de commissions-prétexte. La Martinique et la Guadeloupe vivent un véritable drame écologique et sanitaire, drame dénoncé depuis trois décennies par tous ceux que préoccupe le devenir de ces pays, et il est insupportable que ce drame soit traité avec la désinvolture dont fait preuve le ministère de l’écologie.

   Déjà, les principales associations écologiques antillaises n’ont pas été conviées à préparer le « Grenelle de l’environnement ». Il est vrai qu’il n’avait pas été prévu de réfléchir aux problèmes de l’Outre-Mer. Mais face à la médiatisation brutale de la question du Chlordécone dans les grands organes de presse hexagonaux, le ministère a, en catastrophe, improvisé un « Grenelle de l’environnement pour l’Outre-Mer » à l’île de la Réunion. Puis, réalisant qu’il était trop tard pour y rassembler les représentants « domiens », il s’est rabattu sur la mise sur pied d’un « Grenelle » pour chaque département et territoire d’Outre-mer !

     De tels cafouillages frisent l’incompétence et le mépris tout à la fois. D’autant que s’agissant du « Grenelle » organisé en Martinique le mercredi 17 octobre, personne n’a pris contact avec notre association, « Pour une Ecologie urbaine », pourtant agréée au titre de la protection de l’environnement. Personne n’a jugé bon non plus de solliciter l’intervention des auteurs de « Chronique d’un empoisonnement annoncé ». Pire : parmi les six points à l’ordre du jour de ce « Grenelle » improvisé à la hâte ne figure rien sur la question des pesticides et du Chlordécone qui sont pourtant la préoccupation première des Martiniquais depuis près d’un an. Un récent sondage révèle que 80% des Guadeloupéens se déclarent inquiets par rapport à la crise écologique et sanitaire du Chlordécone. Tout cela est donc complètement surréaliste !    La nomination d’un missionnaire déconnecté des réalités antillaises et l’improvisation de « Grenelle » de l’Outre-Mer revient également à bafouer les règles les plus élémentaires de la démocratie puisque les représentants du peuple, à savoir les élus et parlementaires, sont écartés ou mis devant le fait accomplis. Loin d’être associés à la réflexion sur les pesticides, ceux qui possèdent la légitimité des urnes se voient relégués au rang de figurants, tandis que les écologistes de terrain et les autres associatifs sont tout simplement ignorés. Tout ceci est inadmissible. Inqualifiable même. On se moque des peuples martiniquais et guadeloupéens.

Pour notre part, nous avons, depuis la sortie de notre ouvrage en février 2007, travaillé aux propositions que l’on pourrait faire afin de sortir de la crise actuelle. Nos 12 mesures urgentes pour une gestion de sortie de crise, remises au Président du Conseil Régional de Martinique le 15 octobre dernier, seront bientôt dévoilées au grand public.

  La santé de nos populations passe avant toute considération politique, économique ou financière.

 

 

 

 

 

 

 

Martinique, le 17 octobre 2007

Louis BOUTRIN – Raphaël CONFIANT*

                                                                                  * Président et membre de  l’association « Pour une Ecologie Urbaine »

 *Auteurs du livre « Chronique d’un empoisonnement annoncé – le Scandale du Chlordécone aux Antilles françaises – 1972-2002. Editions L’Harmattan - 2007     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Le Prix Nobel de Physique 2007 pour la miniaturisation informatique
09-10-2007

L e prix Nobel de physique 2007 a été décerné au Français Albert Fert (69 ans) et à l'Allemand Peter Grünberg  (68 ans) pour leur découverte d'une technologie sur la miniaturisation des disques durs aux applications dans la vie de tous les jours, a annoncé mardi le comité Nobel.

Cette technologie est la magnétorésistance géante (GMR). Elle est utilisée pour lire l'information stockée sur des disques.
"C'est grâce à cette technologie qu'une miniaturisation radicale des disques durs a été possible ces dernières années", a indiqué le comité dans un communiqué.
"Les applications de ce phénomène ont révolutionné les techniques permettant de lire l'information stockée sur disque dur", a-t-il estimé.
Ce domaine de la recherche en nanosciences est actuellement en forte expansion.
La GMR a notamment un impact important sur les technologies de l'information et de la communication. Elle a notamment permis de mettre au point des têtes de lectures qui équipent aujourd'hui tous les disques durs.
Ces têtes de lecture plus sensibles permettent de lire des données contenues dans les disques durs compacts intégrés, présents dans les ordinateurs portables et certains lecteurs de musique, par exemple.
Le phénomène de magnétorésistance change la résistance électrique d'un conducteur lorsqu'il est soumis à un champ magnétique. Il est à l'origine de nombreuses applications.
L'application de la découverte des deux professeurs est récente.
Selon le comité Nobel, le lancement de la première tête de lecture basée sur l'effet GMR a eu lieu en 1997. La technologie s'est ensuite vite standardisée et "même encore aujourd'hui, les toutes nouvelles techniques de lecture dérivent de la GMR".
Les deux lauréats ont découvert la GMR en 1988, au cours de travaux menés séparément.
Albert Fret, 69 ans, né à Carcassone (sud de la France), est directeur scientifique de l'Unité mixte de Physique au CNRS/Thales, à Orsay (près de Paris), depuis 1995.
Peter Grünberg, 68 ans, est professeur à l'Institut für Festkörperforschung, Forschungszentrum Jülich, en Allemagne.
En janvier 2007, les deux physiciens avaient déjà reçu conjointement un prix pour leurs travaux, le Japan Prize, autre disctinction scientifique très prestigieuse.
L'année dernière, deux Américains, John Mather et George Smoot, s'étaient partagé le prix pour leurs travaux sur les radiations cosmiques qui confortent la théorie du Big Bang afin d'expliquer l'origine de l'univers.
Le Nobel de physique est le deuxième prix Nobel attribué cette semaine.
Celui de médecine a ouvert la saison lundi en récompensant deux chercheurs américains, Mario Capecchi et Oliver Smithies, et un Britannique, Martin Evans, pour des travaux sur la création de souris transgéniques qui ont ouvert un nouvel horizon à la recherche sur des maladies comme Alzheimer ou le cancer.
Le prix de chimie sera attribué mercredi et celui de littérature jeudi. Le Nobel de la paix sera annoncé vendredi à Oslo et lundi prochain, le prix d'économie mettra un point final à la saison 2007.
Les lauréats du Nobel de physique recevront le 10 décembre des mains du roi de Suède une médaille en or, un diplôme et se partageront un chèque de 10 millions de couronnes suédoises (1,08 million d'euros).

Liste des lauréats français du prix Nobel de physique:

- 2007: Albert Fert (conjointement avec Peter Grünbert, Allemagne- 1996: Claude Cohen-Tannoudji- 1992: Georges Charpak- 1991: Pierre-Gilles de Gennes- 1970: Louis Neel (conjointement avec Hannes Alfven, Suède)- 1966: Alfred Kastler- 1929: Louis-Victor de Broglie- 1926: Jean-Baptiste Perrin- 1908: Gabriel Lippmann- 1903: Antoine Becquerel, Pierre Curie et Marie Curie

 

 

 

 
N° 52 - Aout 2007
26-07-2007

Cliquer sur l'image pour télécharger le Dossier SEISME du magazine au format PDF
Lire la suite...
 
De l’héritage culturel congo, indien et chinois à la Martinique
03-07-2007
L’étude comparée des permanences culturelles laissées à la Martinique par les groupes congo, indien et chinois arrivés dans la plantation post-esclavagiste, laisse apparaître d’évidentes disparités. L’explication de ces différences est à rechercher dans la durée de ces immigrations, leur rapport au pays originel, leur homogénéité/hétérogénéité ethnique, leur niveau de dépendance à l’égard de l’habitation, leur position respective vis-à-vis du pouvoir colonial et leur relation à la population noire créole majoritaire.
Lire la suite...
 
ILS ONT EMPOISONNE NOTRE TERRE, NOS EAUX, NOS RIVAGES... NOTRE PEUPLE
03-07-2007

Je veux parler d’un crime commis à l’encontre d’1 million de personnes censées être des citoyens français. Personnes qui n’ont qu’un seul tort : être nés, vivre et travailler dans leur terre natale, la Martinique et la Guadeloupe. Je veux parler du déversement de dizaines de milliers de tonnes de pesticides pendant près de trente années sur les terres plantées en banane de nos deux îles. Pesticides qui ont pour noms : DDT, HCH (Hexaclorocyclohexane), Mirex (ou Perchlordécone), Dieldrine et surtout Chordécone. Tout particulièrement ce dernier puisque son taux de rémanence est évalué à 60 ans.

Lire la suite...
 
Edouard Glissant
19-04-2007
Incontestablement, Edouard GLISSANT occupe une place tout à fait à part au panthéon des grands penseurs de ce siècle. Ecrivain, poète, essayiste martiniquais, professant dans les universités américaines, il bouscule les théories littéraires communément admises et renouvelle de livre en livre notre façon de penser l’identité, la nation, le monde, la résistance à l’uniformisation du monde.
Son concept-clé, celui de la Relation, est aujourd’hui la grille de lecture la plus achevée de la complexité contemporaine des peuples et des cultures.
Lire la suite...
 
Forum n°50
24-04-2007
Au milieu des années trente, les étudiants martiniquais publient à Paris un petit journal, L’Étudiant martiniquais, qui devient plus tard L’Étudiant noir. Ce changement qui survient dans l’appellation de cette publication, essentiellement corporatiste au départ, n’a a priori l’air de rien, mais annonce une réorientation idéologique dont le destin dépassera les rivages du Quartier latin pour connaître un écho sur divers continents du monde. Aimé Césaire est devenu entre-temps le président de l’Association des étudiants martiniquais.
Lire la suite...
 
Aimé Césaire - Une traversée paradoxale du siècle
24-04-2007
Bonsoir à tous,
Je viens donc m’entretenir avec vous ce soir de mon livre intitulé « Aimé Césaire—Une traversée paradoxale du siècle », livre qui avait paru pour la première fois en 1992 – il y a donc 14 ans – aux éditions Stock et qui reparaît aujourd’hui aux éditions Ecriture. Je tiens à remercier mon ami André Lucrèce d’avoir bien voulu accepter le rôle de contradicteur, car il ne s’agira pas pour moi de venir délivrer un message à sens unique, mais de soumettre un texte que j’ai écrit avec mes tripes et avec mon esprit tout à la fois à la critique publique. André Lucrèce qui vient d’ailleurs de publier aux éditions HC un très beau roman, La Sainteté du monde, que je recommande à tous.
Lire la suite...
 
Bref regard sur les enjeux du vieillissement de la population martiniquaise
24-04-2007
C’est d’une première contribution à l’indispensable étude des enjeux sociétaux qui se posent à la Martinique avec le mouvement déjà commencé et annoncé du vieillissement important de sa population qu’il s’agit ici.
Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 421 422 423 424 425 426 Suivante > Fin >>

Résultats 4241 - 4250 sur 4251
 
 
 
 
 

Dernière parution

 

Hommage à Césaire

 

 

Visiteurs: 120668036